09/02/2014

des mots pour le dire ...

le temps passe et ne me guérit pas
que du contraire
je fais cette longue route et je pense à toi
dans ma douche, en prenant soin de moi, je pense à toi
dès que je suis seule, je pense à toi
dès qu'on ne me parle pas, je pense à toi
je me réveille et je pense à toi
la nuit, je ne me souviens pas mais peut-être rêve-je de toi
parfois, tu es là
pas très loin de moi
on ne se parle pas
et moi, je pense à toi
chaque instant, je vis ça
ce qui me hante, c'est que je ne sais pas si, toi aussi, tu penses à moi
la suite, c'est la vie qui nous l'apprendra ...

19:43 Écrit par pommefraise | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

08/02/2014

lundi ...

lundi, une collègue se marie
elle se marie en secret du boulot
on est 5 à être au courant et invités
ça me fait plaisir pour elle
même si le mariage n'a plus la même signification qu'avant, je pense justement qu'il n'en a que plus de valeur
lundi, je serai à son mariage
lundi ...

21:58 Écrit par pommefraise | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

01/02/2014

bande de cons ...

moi, je me disais que j'aimerais bien être payée à ne rien faire
et bien non, j'aime pas
pas que je n'ai rien à faire
non et je fais même ce que je veux
sauf que c'est pas normal de faire ce qu'on veut
et puis, je fais ce que je veux dans ce qui reste
parce que bon, étant donné que j'ai toujours droit au dédain des dirigeants, ils ne me demandent jamais rien
on m'adresse à peine la parole
certain s'épargnant même le bonjour
ben, j'aime pas ça, moi, d'être dans ce placard
je comprends pas non plus pourquoi j'ai droit à un tel traitement
y'a pas que moi qui la comprend pas
d'après le chef, ça va pas durer
le temps qu'ils oublient que je n'ai pas dansé comme ils sifflaient
moi, j'ai un gros doute parce que l'ambiance n'est pas au beau fixe et que je fais rien pour être agréable
mais ça me pèse ce traitement
j'arrive vraiment pas à avaler le truc et mon humeur générale s'en ressent pas mal par moment ...

23:38 Écrit par pommefraise | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

20/01/2014

euuuuuuuuh

y'a le commentaire de Sylvie et là, je dis euuuuuuuuh
euuuuuuuuh comment dire ?
c'est pas si simple que ça
c'est pas mieux qu'avant parce que je psychote énormément
c'est pas mieux qu'avant parce qu'il y a Monsieur et cette idée de la famille qui me plaît tant
c'est pas mieux qu'avant parce qu'il y aura un après
un après que je ne connais pas
un après qu'il faudra gérer au quotidien
parce qu'il y aura cet après, je reste immobile et laisse tourner mon imagination
en me disant que ce n'est que mon imagination
que non pas moi
que je fais trop partie de son quotidien et qu'il ouvrira les yeux un jour et que ce jour-là, il verra que c'est moi
et que non, moi en vrai, ça le fait pas ...

16:22 Écrit par pommefraise | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

19/01/2014

parlez-moi de lui ...

un mot, un geste et ma tête fait le reste
donc, j'avais tant bien que mal réussi à apaiser mes pensées
me dire que je me faisais des idées
qu'il n'y avait aucune raison de me faire ce cinéma
une semaine maximum que ce calme m'a accompagnée
on est bien ensemble, c'est un fait
alors que je parle de l'ambiance générale
que je dis qu'il y a des gens que j'aime côtoyer et que je vois avec plaisir
il me regarde et me dit que lui aussi, il me voit avec plaisir
alors qu'il est invité à participer à une sortie avec les dirigeants qui se terminera par un souper auquel les conjoints peuvent participer, il envisage de demander si on peut pas inviter quelqu'un d'autre que le conjoint
il n'y a rien de clairement dit
rien
il y a juste une impression
une impression tellement forte
que je n'arrive plus à me dire que c'est simplement, purement, le fruit de mon imagination ...

22:55 Écrit par pommefraise | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

28/12/2013

il y a autant de définitions de l'amour que d'individus ...

il arrive à Monsieur de me dire que je ne l'aime plus
il le dit souvent à un moment précis
je réponds pas
j'en sais rien si je l'aime encore
évidemment que je ne l'aime plus comme avant
le temps a passé
je présume qu'il en va de même pour lui
je me laisse faire
je n'ai jamais été une grande amoureuse
je n'ai jamais une grande adepte du couple à tout prix
on s'est marié
on a eu des enfants
alors que je suis convaincue que les enfants n'arrangent rien dans la vie de couple, je suis persuadée que les miens sont le ciment de mon couple
je sais que j'ai fait ce que j'estime ne pas être une solution
pour eux, je suis toujours restée parce que je les sais, je les sens heureux dans cette vie
avec leur père et leur mère sous une même toit
la ferme, c'est leur vie
leur bonheur 
mes singes sont des braves gamins

que les gens nous soient proches ou non, chacun nous le reconnaît
ils sont notre chance !
et moi, je les aime d'une manière impossible à exprimer ...

15:51 Écrit par pommefraise | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

26/12/2013

psychologie à deux balles ???

un jour, je lui ai dit "t'as une grande gueule mais pas les couilles qui vont avec"
je lui avais aussi parlé de sa fierté mal placée
ensuite, la vie avait repris son cours
je ne sais pas pourquoi à nouveau, y'a un truc qui va pas
le truc me reste en travers la gorge
comme souvent quand je vais pas, je me mure dans un certain silence
je parle mais je parle sec
le minimum syndical
il s'est inquiété de ce que j'avais aux autres
sans réponse, il s'est installé face à moi "qu'est-ce qu'il y a ?"
qu'est-ce que je pouvais lui répondre, j'en sais rien moi-même
n'empêche, leur sollicitude me touche terriblement
j'éprouve le besoin d'eux
un espèce de manque
si je ne suis pas en adéquation avec mon image, je me rends compte que l'image que je me fais des gens ne correspond pas à celle que j'ai d'eux quand ils sont face à moi
je ne sais plus où j'en suis
j'ai relu Gounelle "L'Homme qui voulait être heureux"
dans ce bouquin, on parle du comportement des gens qui induit les comportement des autres
on parle aussi du choix
qu'on a toujours le choix
qu'on choisit sa vie
en attendant, je ne sais quel comportement tenir
envie de certains autres mais pas envie qu'ils tiennent à moi
c'est compliqué
parfois, je me dis que je suis pas toute seule dans ma tête ...

01:12 Écrit par pommefraise | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

21/12/2013

l'égo, c'est le mal ...

je suis au boulot
la joie des permanences du samedi a repris avec le changement de service
et j'en arrive à ce constat : je n'ai toujours pas avalé mon changement d'affectation
cette façon dont ils m'ont traitée pendant plus de 4 ans
me promettant monts et merveilles
pour en arriver finalement où ?
dans mon ancien service mais à un petit bureau finalement pas très loin d'un placard !
c'est hier que j'en ai fait très clairement le constat
on était en attente des signatures et nous sommes depuis deux jours arrivés dans une période assez calme
les dossiers sont donc en cours de traitement et le plus gros du retard est résorbé
en attendant les signatures, j'ai donc folâtré
ce ne fut pas spécialement du goût du chef de service
que j'ai évidemment très vite envoyé bouler
le temps a passé
on a évolué
il a pris l'habitude de travailler avec miss virgule et miss praline qui lui donnent du vous et devancent ses demandes
euuuuuuuh, suis pas sure qu'on vive dans le même monde, là
alors qu'il insistait, je lui ai lâché que je n'était plus personne
que personne ne savait où je travaillais
que mon nom n'apparaissait sur plus aucun document
que je n'avais ni ligne téléphonique ni mail perso
que je n'étais donc pas très indispensable au service et que personne ne constaterait donc mes errances
il s'est bloqué : il n'est pas responsable de la situation
la réponse a fusé : MOI NON PLUS !
à part ça, leur discours de départ était de valoriser le personnel
me concernant, c'est raté ...

10:57 Écrit par pommefraise | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

10/12/2013

hé hé

ce we fut un we st nico
commencé vendredi au boulot (que le démarrage fut dure !)
continué par un samedi sans fin (Est-ce bien raisonnable de rentrer à 5h00 du mat ?)
et terminé en beauté dimanche aprem
en beauté et compliment !
on parle de tout et de rien
Monsieur fait de même de son côté
et là, on m'interpelle : "ben oui, c'est beaucoup plus facile quand on a 35 ans !"
35 ans ?
ben t'as déjà 40 ?
euh, tu te fous de moi ? t'as vu les singes ?
j'avouerai enfin que je suis dans mon année tout terrain
n'empêche qu'il a fallu insister pour les convaincre
c'est flatteur, j'ai expliqué l'épisode à d'autres parce que j'ai pris le truc d'abord pour du foutage de gueule
mais non, de l'avis général, je fais 40 ans tout au plus
comme quoi on a l'âge qu'on a dans sa tête ...

22:33 Écrit par pommefraise | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

06/12/2013

le temps passe, mes goûts restent identiques ...

aujourd'hui, on enterrait le parrain de Monsieur
le temps passe même s'il était trop jeune pour partir
le même âge que sa sœur
comme d'habitude aux enterrements, plein de gens
des proches, des moins proches et aussi ceux qu'on se demande pourquoi ils sont là
ensuite, on repasse à la salle
y'a un type là que je vois
une stature qui m'attire
l'impression de la connaître
je demande à ma belle-soeur
hypothèse
je demande à d'autres
autres hypothèses
je pars conduire n° 2 à son examen
Monsieur reste là avec ses gens
ces gens que je ne connais ou ne reconnais pas
décidément, à ce niveau-là, ça ne s'arrange pas, non plus !
bientôt, je ne reconnaîtrai plus mes singes ...
bref, ce soir, Monsieur me parle de l'Homme attirant mon regard
tu l'as pas reconnu, non plus, je présume ?
ben non, ça se saurait sinon
Monsieur me dit qui c'est
je comprends mieux mon aimantage
nous sommes plus de 26 ans plus tôt, j'ai fait la connaissance de Monsieur et de toute une bande qui l'accompagne
je suis la nouvelle arrivée, l'attraction quoi !
c'est agréable pour les soirées
ces soirées durant lesquelles il y avait encore des slows
je suis jeune, je me prends pas la tête, je ne cherche rien
Monsieur est dans mon entourage mais n'est pas encore mon Monsieur
je me rappelle de cette danse avec ce jeune homme plus jeune que moi
ses mots et ses scrupules
ma réponse
ce baiser de la durée de la danse
sa conclusion
quelques minutes très claires dans ma tête
je ne sais pas s'il en est de même pour lui
aujourd'hui, on se s'est pas reconnu
plus de 26 ans ont passée et on transformé ce jeune homme que je trouvais charmant quand il avait 15-16 ans en un homme que j'ai encore trouvé charmant
dommage que je n'étais plus là lorsqu'il a atterri à la table familiale
j'aime bien échanger avec mes anciens coups de cœur ...

00:30 Écrit par pommefraise | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : souvenir souvenirs |  Facebook |

27/11/2013

les mots pour le dire

Les mots pour le dire, justement, je ne les ai pas
Y'a ce sentiment confus
Cette envie
Cette sensation
Cette chose qui ne se concrétise pas
Si les mots je ne les trouve pas, c'est peut-être parce que j'ai peur de ce qu'inconsciemment, je sais, je sens ...
Il faudrait que j'apprenne à exprimer
Ne plus attendre
Parce que dire n'apporte pas toujours un cataclysme ...

22:05 Écrit par pommefraise | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

07/11/2013

je ne l'aurais jamais cru à ce point !

Pas mal de temps de passer depuis mon dernier post
Pas mal de changement aussi
J'expliquerai un jour
Peut-être
Mais c'est pas le but aujourd'hui
Aujourd'hui, c'est plutôt ma surprise que je veux écrire
Depuis lundi, je suis de retour dans mon ancien service
Ça c'est fait tant bien que mal
Comme d'hab quoi
J'ai droit au dédain d'une partie des autorités mais bon j'ai attaqué la première
Mais c'est l'accueil du service qui m'a secouée
Oui secouée, le mot n'est pas trop fort
J'ai été déçue mais surtout blessée
Je suis partie en cours de journée lundi et je n'ai plus été capable d'y retourner
Oui blessée !
Profondément
Ce qu'ils n'ont pas compris
Hier soir, ma collègue me sonne
On est collègue,
Elle me considère comme son amie
Je l'aime bien
Raison de plus d'être blessée
Ses premiers mots ouvrent la brèche et toute ma rancœur sort
Elle prend tout
Stoïquement
Elle me prétend que le chef est mal
Très mal
Elle a du mal à croire ce que j'en pense
Mais la brèche est ouverte
J'ai mal !
Fin de la communication faute de crédit d'appel
Malgré les conseils des uns et des autres, le chef ne veut pas me sonner
23h40 : qu'il dorme ou pas, je lui envois un SMS lui disant sa fierté mal placée et ma blessure
Il n'y répondra pas
Today 13h30 : je débarque
Y a la réunion hebdomadaire et on travaille à bureaux fermés, on sera pas dérangés
Le choc à la vue du chef,
'tain il a passé une mauvaise nuit !
Le sourire de ma collègue
Je dirai tout ce que j'ai sur le coeur et même des choses pas trop aimables mais je veux faire mal comme j'ai eu mal
Rien n'a changé, il est prêt à des trucs que je demande pas pour que ça passe
C'est dingue, j'ai même eu l'impression que sa voix s'étranglait
Un jour qu'il râlait le grand chef lui a dit "dis-le que tu reveux PF"
Une autre fois, en me proposant de retourner là-bas, il avait dit "puisque vous vous aimez"
C'est évident pour beaucoup de gens
Si vous le dites
En attendant, j'ai un mari, des enfants et des collègues et tous font partie intégrante de ma vie ...

22:02 Écrit par pommefraise | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |