04/10/2014

oscar, césar et palme d'or réunis !

plus d'un mois déjà que je suis revenue de mon petit coin de paradis
que ça me paraît loin
j'ai atterri !
repris le train-train quotidien avec mes souvenirs plein la tête
parlé tous les jours avec ma miss de là-bas
de nos projets d'y retourner
de ses projets amoureux
puis, sur fb, un message concernant mon gentil mimi
un message qui veut savoir qui je suis par rapport à lui qui décrit comme un ami très proche
ma réponse n'est pas sympa
je lui propose de s'adresser directement à lui, lui rappelant que c'est un charmant mais TRES jeune homme
ma miss a un réseau d'amis très très large
et de fil en aiguille, elle rencontre un couple qui fréquente notre petit paradis
ils en viennent à parler du personnel
de mon gentil mimi aussi
la description qu'on lui en fait la fait douter qu'ils parlent de la même personne mais la photo balaie tous les doutes
elle rentre en contact avec d'autres femmes
la sombre histoire commence
elle m'explique tout ce qu'elle entend ou lit
on a le même constat : c'est pas lui !
ça ne peut être lui
il est question d'un garçon froid, hautain, profiteur, calculateur
nos souvenirs à nous sont les mêmes : un sourire à damné un saint, une gentillesse à toute épreuve et moi, de mes sorties avec lui, je n'ai rien pu débourser
il a payé toutes les consommations et le dernier jour a refusé que je lui donne mes dernières devises
ma miss a peur de m'avoir blessée
c'est vrai qu'elle casse un peu le rêve mais moi, j'ai vécu le moment
ça m'a boosté le moral mais je ne me suis pas projetée avec un si jeune type qui avait l'âge d'être mon fils
ça me paraissait déjà tellement irréel
je n'ai pas eu le temps de l'interroger plus avant, lui, mon gentil mimi
son fb m'est bloqué
je présume donc que ce qu'ont dit ces filles est vrai
qu'elles lui ont pris la tête à ce sujet et qu'il a fait le rapprochement avec moi
parce que moi, je lui avais parlé du message de majorette
je lui avais dit qu'il devait libérer sa parole
qu'il devait être honnête
qu'il pouvait me dire
que je sentais un truc sous-jacent
je ne sais ce qui me blesse
je ne sais pas non plus pourquoi les gens me décrivent mes coups de cœur comme je ne les ressens pas
comme je ne les connais pas
il en est de même avec mon collègue
et je ne me fais pas de films, ma miss a douté qu'on lui parlait du même type
je ne regrette absolument rien
j'aurais simplement ne jamais savoir qu'il ait un second visage ...

11:42 Écrit par pommefraise | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

15/09/2014

parlez-moi de lui...

Depuis hier après-midi, j'ai un nœud dans la gorge
Je sais pas pourquoi, ça doit être la fatigue
Je suis très à cran et je m'énerve même sur les singes
Les problèmes continuent
Évidemment
Pourquoi cela s'arrêterait-il ?
Et voilà que j'explique avec mon 89e degré le suicide de mon four et conjointement de mon compte bancaire
Et nous voilà à cette inauguration et certaines de dire que je suis toujours optimiste, que je souris tout le temps, que c'est chouette d'entendre mes éclats de rire
Que mon gentil mimi m'écrit que je suis super gentille
Que je lui réponds que non, je suis pas gentille
Que j'ai envie de leur crier que moi aussi, j'ai des problèmes mais que j'essaye de les laisser chez moi
Que je ne bois pas pour oublier
Que je ne pleure pas, histoire de pas plomber l'ambiance
Que j'explique pas en long et en large, tout ce qui ne va pas
Non, on m'a appris à dire ça va et à me demerder sans polluer les autres
Il en ressort que j'ai de la chance
Ben oui, j'ai de la chance et j'appréhende la fin de l'année
Et j'appréhende chaque jour qui passe car l'avenir me fait peur
Qu'en moi, il y a ce dilemne de partir ou de rester
Que mon gentil mimi me manque quand je n'ai pas de petit mot
Que ma raison me dit de ne plus donner de suite à ses messages
Qu'il faut qu'il fasse sa vie
Une vie dont je ne suis qu'un souvenir d'une semaine de l'été 2014
Ma miss me dit que je me dénigre
Moi, j'ai l'impression d'être seulement réaliste...

22:38 Écrit par pommefraise | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

09/09/2014

météo ...

depuis mon retour de vacances, j'ai du mal à reprendre pieds dans ma réalité
alors évidemment, tout me ramène à ma miss qui a partagé ces sept petits jours hors du temps
donc, grâce aux smartphone et à viber, on est en ligne sans que ça ait une incidence sur notre portefeuille
elle me parle de son "namoureux de là-bas"
fomente des projets d'avenir
part dans ses délires habituels
m'annonce qu'elle a déjà réservé son billet d'avion pour décembre
veut que je l'accompagne
oui mais non, les fêtes de fin d'année vont être une période difficile à la maison
au niveau de la ferme, la chose s'est imposée : Monsieur arrêtera de traire
je sais pas comment il va vivre la chose
il va devoir apprivoiser son temps
bref, on parle de n'importe quoi au 89e degré comme d'hab mais en abordant souvent des sujets sérieux
on se dit les choses sans faux semblant
sans jugement aussi
je lui dis que je viens de recevoir un message de mon gentil mimi barman mais que c'est limité comme échange
ça tourne essentiellement autour du temps qu'il fait (faut dire que ça doit pas être évident d'écrire dans une langue qui n'est pas la sienne)
et la réponse qu'elle me fait, traduit exactement de ce que je vis

"s'il veut parler de la météo, parle le lui de la tempête qu'il a provoqué en toi !
que tu es dans le brouillard
que tu as peur d'être inondée par tes émotions
mais que tu rayonnes dès que tu le lis"

on aurait pas pu mieux définir ce qui se passe en moi
un jour, elle m'avait offert le cd "tu es mon autre" de mauranne-dion
c'est tellement vrai ...

22:08 Écrit par pommefraise | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

06/09/2014

oh des regrets des regrets des regrets ...

je me lis
je me relis et j'ai une drôle d'impression
je passe pour quoi ?
serais-je une grande amoureuse ?
je présume qu'il en est de même pour beaucoup d'entre nous, les filles
j'ai toujours aimé les jeux de séduction
ça flatte l'égo et ça ne porte pas à conséquences
sauf qu'actuellement, avec Monsieur, c'est plus de l'amour
sauf que Lui au boulot n'avait pas apprécié mon départ en Tunisie avec ma miss
sauf qu'il fait de drôles d'allusions depuis mon retour
sauf qu'il se doute que je n'ai pas montré toutes mes photos de là-bas
sauf que tout le monde se rend compte que j'ai du mal à reprendre contact avec ma réalité
sauf que mon mimi souriant continue à m'obséder
et si les circonstances ne m'ont pas laissé le temps d'avoir des remords, j'ai énormément de regrets
et à ce qu'il paraît les regrets causés par l'inaction augmentent avec le temps
son sourire et la flamme de ses yeux me poursuivent
je continue d'en rêver la nuit
je ne m'attendais pas à vivre ça mais je regrette de ne pas l'avoir pu vivre pleinement ...

23:47 Écrit par pommefraise | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

05/09/2014

quand je vois tes yeux ... moi vouloir toi ...

une semaine
une semaine seulement
une semaine déjà
voilà une semaine que je suis revenue de ma petite semaine de vacances en Tunisie
ma miss m'avait encore entrainée dans un plan légèrement foireux
elle va souvent en Tunisie
elle y a un amoureux
elle y avait réservé une semaine
puis elle avait vu une promo très intéressante en cette période de congés scolaires
mon fils veut pas rester, tu veux pas venir le remplacer
j'avais dit oui sur un coup de tête
puis j'avais eu quelques appréhensions
elle m'avait prévenue : y'a rien à faire là-bas, à part se laisser vivre
je lui avais promis de me faire violence
et puis, elle serait pas toujours présente en fonction des occupations de son amoureux
t'inquiète, je prendrai des bouquins, j'irai me promener sur la plage
et enfin le départ
les problèmes à l'embarquement parce que j'ai pas le voucher de l'hôtel et pas de passeport, non plus
et ce con derrière son comptoir qui annonce tout de go "si pas de voucher ou alors de passeport, elle part pas !"
finalement, les choses s'arrangent
j'embarque et déjà le charme de la Tunisie se montre
un aimable steward
un voyage agréable même si stressant
ben oui, j'ai pas l'habitude de quitter le plancher des vaches
arrivée à Djerba
3h00 de vol et dépaysement total : du sable, pas de vert à part les palmiers et du soleil et de la chaleur !
il fait chaud
très chaud
transfert en bus
dieu que ces gens sont pauvres
dieu qu'il fait sale
des plastiques polluent tout
mais peut-on demander à ces gens à penser à l'environnement alors qu'ils ont déjà une vie difficile
arrivée au club
environnement différent : tout est beau et propre
je dégouline à la réception alors que la salle est climatisée
ma miss arrive m'accueillir
comme d'hab, elle est hyper extravertie et m'explique ainsi qu'à d'autres le fonctionnement de l'hôtel
voilà comment on se fait nos nouveaux amis : les Groseille : des futurs mariés avec le fils de la femme (juste un peu plus jeune que n° 2, je sais comment les gérer)
on passera nos soupers ensemble à rire encore et encore du décalage
elle m'entraîne au bar prendre le premier muscat sur glace des vacances et en profite pour me faire l'article de ce gentil mimi barman
en effet, il est pas mal : jeune et très souriant
elle est arrivée à nous obtenir un petit bungalow à 50 mètres de la plage en lieu et place de la chambre qu'elle occupait la première semaine
un petit bungalow parmi les palmiers, ibiscus et autres bougainvilliers
le paradis sur terre
je tombe en amour de ce décor : le bleu du ciel, le bleu de la mer, le bleu de la piscine, la chaleur qui me fait me liquéfier, la lumière changeante du soleil
je passe des vacances éreintantes qu'on peut traduire par piscine, mer chaude, massages, rires, cocktails, repos, lectures
et puis, il y a la gentillesse de ces gens
de la femme de charge souriante
des serveurs
de la sécurité
de ces familles qui m'accueillent chez eux
de tous ces hommes qui me draguent mais pas lourdement
la Tunisie est le pays parfait pour les femmes qui ont une mauvaise estime de soi
je ne m'aime pas, ce n'est un secret pour personne
je n'imagine pas qu'on puisse avoir envie de moi
là-bas, je ne me suis jamais autant fait draguée
je ne demandais rien et ils se faisaient charmants
je leur expliquais que ça ne mènerait à rien, ça ne changeait rien
je leur montrais des femmes sur le front desquelles je lisais "baise-moi"
mais non, ce sont "des poutes" qu'on me répondait
et puis, il y avait notre petit Groseille qui restait avec nous aux repas et en soirée
j'étais moins seule quand ma miss était pas là
et lui semblait bien en ma compagnie
il a sympathisé avec des serveurs et les barmen
on l'a pris avec nous dans nos soirées à l'extérieur
ses parents étaient d'accord
il avait l'air bien
et puis, il y a eu cette soirée au bar
cette nana qui fait du rentre dedans au mimi souriant barman
je la lui signale
te te te qu'il dit en secouant négativement la tête
elle, elle bave en le regardant
j'encourage mon petit Groseille à repérer de jolies jeunes filles susceptibles de lui (de leur) plaire
le joli mimi barman me dit alors que lui, il aime, comme on dit là-bas, le fromage (traduire la peau blanche)
et là, mon petit Groseille me lance "tu t'en sortiras pas, tu vois pas que c'est toi qu'il veut"
non, je vois pas
pas lui si joli, si souriant, si jeune et si discret
il nous a bien invité à aller boire un café après son service mais il a l'air de bien s'entendre avec le petit Groseille
on passera une agréable soirée à rire, à parler et à se fixer un rdv pour le lendemain
on clôture la soirée par une poignée de mains, c'est étrange
je me couche en me rendant compte que je souris bêtement
au matin, ma miss se rend compte de quelque chose
déjà, quand elle est passée chercher des affaires vers 1h00, j'étais pas rentrée
et puis sur le matin, je soupirais de bien-aise
et ce sourire que j'affiche
ben oui, je sais, je flotte
je sais pas pourquoi mais je flotte et dans ma tête, j'ai constamment ses yeux pétillants et ce sourire
elle en revient pas : "pas toi quand même ! pas toi si raisonnable!"
ben si, moi !
et moi, n'ayant mis aucune limite
sauf que c'est notre dernier jour
qu'il avait demandé congé pour d'autres obligations et que nous, on doit faire nos adieux à gauche et à droite
il reste une soirée qui sera écourtée par son départ prématuré
à sa main tendue, je demanderai un bisou
il regrettera notre départ et son impossibilité de venir dire au revoir
je retournerai à l'hôtel
je me ferai gentiment draguer par son chef
mais dans ma tête, il y a lui, lui et lui
pourtant, il a la moitié de mon âge
pourtant, il est splendide de l'avis de toutes
il me reste ses mots maladroits qu'il écrit dans une langue qui n'est pas la sienne "je voudrais vous revoir"
il y aura le retour
le vol retardé de quelques heures
ma miss qui sort un petit jeu de société et convie d'autres gamins à jouer avec nous
et nous voilà assises par terre à jouer et à rire avec un groupe qui s'agrandit
et puis, il y a les autres qui râlent mais ça ne change rien à la situation
le voyage du retour est toujours dans l'esprit vacances
ma miss est égale à elle-même
je retrouve le plancher des vaches belge et un ciel gris et nuageux et j'ai déjà envie de repartir
le choc est brutal, j'y arrive pas
et retrouver Monsieur avec n° 3 à l'aéroport ne m'aide pas
c'est trop, je ne veux rien savoir
je voulais rester au paradis à flotter un sourire béat aux lèvres
t'aurais été jusqu'où ?, qu'elle m'a demandé
j'en sais rien, je me mets pas de barrières
je ne m'attendais pas à lui
certainement pas à lui
je ne m'attendais pas à réagir encore ainsi
j'ai 15 ans dans ma tête
je suis une cougar sauf que j'ai pas mon âge
qu'il a pas l'air de vouloir le connaître
que l'amoureux de ma miss m'a dit qu'avec des cheveux noirs, j'ai pas plus de 32 ans
que si je fais 32 ans, je dénote pas avec mon joli mimi
que je sais pas si je suis amoureuse mais que par contre, j'ai un fameux coup de cœur pour lui
qu'il est magnifique et que je ne me lasse pas de regarder cette photo
je ne vois que ses yeux qui brillent
que ce sourire aussi chaud que leur soleil
que ce pays me manque
que tout ce bleu me manque
que ces gens me manquent
que cette douceur de vivre me manque
me manque terriblement
que je sais que lui, c'est un coup de cœur inapproprié
mais que j'aurais aimé le vivre pleinement
une petite bulle hors du temps rien qu'à moi
que je fais probablement une déprime post vacances
mais que ça m'ouvre quand même les yeux sur ma vie
que j'explique aux enfants qu'il faut qu'ils se prennent en charge
qu'il ne faut pas toujours compter sur moi
qu'il y a Monsieur et la ferme
qu'il y a encore un je ne sais quoi qui me retient
mais que j'en ai malgré tout marre
que j'ai envie de calme, de douceur, de no problèmes
que je sais pas
que je suis perdue
que je voudrais vivre ma vie …

10:44 Écrit par pommefraise | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

20/07/2014

23 ans ...

Voilà, on arrive doucement à la fin de deux semaines de congé
je me mets à peine dans le rythme qu'il faut déjà envisager de retourner au boulot
on dira pas que j'y retourne avec des souliers de plomb
non même si j'aurais aimé prolonger pour continuer cette petite reprise en main de la maison
un peu de repassage
un peu de rangeage
quelques châssis remis à neuf
à propos de neuf, c'est à peu près le nombre qu'il me reste à enduire
faut dire que j'ai pas travaillé comme une bête
y'a eu le temps (du très chaud, du plus froid, du très humide, j'ai vraiment eu droit à tout) mais y'a aussi cette fatigue qui ne me quitte pas
je me lève au matin pour rentrer les vaches avec Monsieur et puis je retourne me coucher et je me rendors, c'est dingue, ça
et puis, ces pensées qui mobilisent mon esprit me pompent pas mal d'énergie, j'en suis sure
bref, mardi, j'ai conduits n° 3 à son camp Patro
et mercredi, direction Louvre-Lens avec maman
puis, y'a ce satané lave-vaisselle tombé en panne à 5 ans et 1 mois, vexation universelle totale, et dont la réparation me coûte un nouveau bas-de-gamme
et y'a les frais imprévus sur la bagnole
si mes vacances de fin août avec ma miss n'étaient pas déjà payées, je les annulerais
mais bon, quelqu'un a dit qu'on ne regrettait jamais ses coups de folie
je l'espère parce qu'il va falloir faire fameusement ceinture financièrement dans les mois qui viennent parce que j'ai fait la vaisselle quelques jours mais j'imagine pas me taper ça en plus à plus long terme 
donc, j'ai un nouveau lave-vaisselle
donc, mon esprit était mobilisé par toutes ces autres choses
donc, je me disais justement que oui, l'adage disait probablement vrai quand il disait que loin des yeux, loin du coeur
parce que j'y pensais encore et toujours mais de façon moins obsédante
et puis jeudi, alors que je suis perchée sur mon échelle, mon gsm sonne
et sa voix de l'autre côté
le motif du coup de fil me semble assez futile et certainement pas urgent puisque je réintègre le bureau mardi et qu'il ne sera finalement pas en congé
et les pensées de reprendre leur course folle
en attendant, il y a 23 ans, j'ai dit oui à l'un et aujourd'hui, je pense à un autre ...

21:50 Écrit par pommefraise | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

12/07/2014

et ses yeux dans mes yeux ...

j'ai fait un saut au boulot ce matin
l'avantage ou l'inconvénient de travailler près de chez soi, on passe régulièrement devant son bureau
donc, ce matin, je m'y suis arrêtée pour prendre quelques cartons pour ranger les cours des singes
et puis, j'avais envie de le voir
et puis aussi de savoir comment va ma gentille collègue
j'ai aimé sa façon de me sourire et de chercher mon regard
j'ai aimé aussi sa barbe qu'il n'a pas rasé
décidément, je ne fais rien pour apaiser mon esprit ...

00:31 Écrit par pommefraise | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

11/07/2014

c'est plus de l'amour ...

je suis en congé pour deux semaines
pour tout le monde, c'était nécessaire
je donne beaucoup
de mon temps
de ma personne
j'ai soutenu ma gentille collègue du mieux que j'ai pu mais ça m'a pris énormément d'énergie
y'avait aussi la période des exam's et le CEB de n° 3
cette période m'a littéralement vidée surtout que je me suis retrouvée seule certains jours au boulot
puis, j'ai aussi fait les permanences du samedi des absents
bref, comme il me l'a dit copiant certaine pub "t'arrêtes de faire ta diva, dis"
je ne sais plus sur quel pied danser
d'un côté, il me traite de diva
d'un autre, il plussoie qu'on gagne à me connaître
j'installe une certaine distance qu'il s'obstine à réduire
d'un autre côté, il se fait silencieux limite boudeur quand je lui dis que oui, j'ai décidé de partir une semaine en tunisie avec ma miss
et puis, il a pas oublié de me souhaiter mon anniv par un sms moqueur (sans qu'on le lui rappelle comme me l'a dit ma gentille collègue)
et moi, je pense tellement à lui
tout le temps
constamment
inconsciemment
il est là
toujours là
envahissant mon esprit dès que j'ouvre un oeil
bref, c'est à un tel point que j'ai du mal à supporter Monsieur
j'explique pas ce qui s'est passé mais j'arrête pas de penser que j'ai fait le tour de notre histoire
je sais pas si ça reviendra mais je ne l'aime plus d'amour
c'est plus de l'amour
j'ai plus envie qu'il me touche
j'ai plus envie de faire des trucs avec lui
je préfère les faire seule et être en tête à tête avec mes pensées
je sais pas où je vais ni comment j'y vais
y'a ma conscience, mes envies, ma raison, mes raisons ...

00:01 Écrit par pommefraise | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

21/06/2014

sois charmante et tais-toi (Charles Baudelaire - Sonnet d'automne)

avec le temps, je me rends compte que j'aime la poésie
je ne mettrai pas ici ce texte mais cette phrase dans ce poème 
j'en peux rien, c'est le genre de truc auquel je ne peux pas adhérer mais bon autre temps, autres mœurs ...
et donc moi dans ma vie, dans mon temps, dans mes mœurs :
entre les absences des uns pour cause de décès ou de vacances
et les absences des autres pour cause de temps réduit
j'ai eu une semaine mouvementée et fatigante
y'a aussi eu la désillusion face à ce dédain me concernant même si on se re-aime depuis le bbq
soit disant
on se re-aime peut-être mais surtout pour son image de chef incontesté et incontestable
sauf que moi, je suis pas béni-oui-oui
alors, si on se re-aime uniquement pour son égo, c'est niet
moi, je veux un minimum de considération
je ne supporte pas qu'on s'adresse à ceux qui ont moins d'expérience que moi en se disant que l'info est passé et que je prendrai le relais sans qu'on ne me l'ait directement demandé
et puis, y'a Lui qui n'est pas là
qui n'a pas trouvé indispensable de donner un signe de vie
comme quoi, je me fais bien des illusions
que pas plus moi qu'une autre
dommage, moi, je crois que j'aurais bien aimé
je suis très fatiguée ...

11:50 Écrit par pommefraise | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

16/06/2014

son malheur qui nous rapproche

and I feel good
ben oui, je l'avoue !
ma petite collègue qui m'a adopté et qui m'appelle au secours quand ça ne va pas a perdu son dernier lien familial
il est mort après des jours d'hosto et de soins intensifs mais elle s'imaginait qu'il s'en sortirait
on voyait qu'elle n'allait pas bien
elle me sonnait le soir
j'essayais d'être présente pour l'aider
Il sait tout cela
il passe par moi pour savoir comment ça va
vendredi, elle sonne pour annoncer qu'il est mort
je suis absente
Il me téléphone pour m'avertir
je ne répond pas
Il laisse un message
je passe près de Lui ensuite pour qu'il m'explique
"tiens-moi au courant !"
"wais, je te sonnerai puisque je sais que les messages, faut tes lunettes et tout et tout"
je me fous de Lui "parce que c'est triste de vieillir !"
je passe beaucoup de temps chez elle, avec elle
ne pas la laisser trop seule pour vivre ces moments terriblement déroutants
en attendant, ça me permet de m'arrêter chez lui pour donner les heures de visite et la suite des événements
en attendant, il me sonne pour demander quand j'y vais ou pas
en attendant, même s'il est en congé, il s'arrête près de moi pour les dernières nouvelles
j'en peux rien, je me sens bien rien que de le voir et de l'entendre
et au bbq du boulot, parce qu'on parle de concert, la réaction du grand chef à plumes "wais mais c'est pas possible ça, vous regardez la télé ensemble ?"
la connivence devient terriblement évidente aux yeux de certains
les plus anciens sont habitués, ils ne réagissent plus
mais les nouveaux ...
and I feel good !

16:34 Écrit par pommefraise | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

29/05/2014

I've got you under my skin ...

cet aprem, à la télé, ce que veulent les femmes
j'ai jamais vu ce film en entier
je sais pas comment ça se fait que ce type entend penser les femmes
et cette idée qui me traverse l'esprit : j'aimerais savoir ce que veulent les hommes
enfin, non, pas les hommes
j'aimerais simplement savoir ce qu'IL pense à mon propos
lire ses pensées me concernant l'espace d'un jour
et savoir à quoi m'en tenir
parce que l'avoir en tête constamment annihile toute forme de volonté
j'ai plein de trucs à faire et l'envie de rien
et je ne fais rien
je pense
je pense à Lui
et je me rappelle d'une conversation au boulot, il y a pas loin de 20 ans
on décrivait le type d'homme qui nous faisait tilter
et à ma description, une collègue m'a dit : "Lui quoi !"
j'ai pas nié mais j'étais dans mon histoire
le temps a passé
j'ai changé de service
il m'a manqué terriblement au début en m'ignorant quasi totalement
puis, le contact s'est refait moins cassant et de plus en plus régulier
le moindre prétexte était sujet à longues conversations téléphoniques
puis, il y a eu mon intérim dans le service
puis, il y a eu ses exigences et la conclusion du grand chef : "ben dis-le que tu reveux PF !"
et mon retour
ma crise
son attitude
et le galop fou de mon esprit ...

23:53 Écrit par pommefraise | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

28/05/2014

le blues de toi ...

veille d'un long week-end
normalement, signe de joie, de repos, de bonheur
et moi, déjà, je te regrette
tu me manques, tu me manques, tu me manques
comme chaque soir, je vais m'endormir en pensant à toi
parce que tu me hantes, tu me hantes, tu me hantes
je ne sais vraiment plus où j'en suis
tu es là et je ne sais pas où j'en suis
ta façon d'être avec moi ne m'aide pas
certaines phrases m'embrouillent encore plus
et je m'entends te répondre devant nos collègues "non, heureusement pour toi" à ta question de savoir si on était déjà mariés
je revois leurs regards étonnés
à nouveau, l'union sacrée est scellée et ça en dérange certains
et moi, je n'y comprends rien
sauf que lundi me tarde et qu'en attendant, tout le temps, dans ma tête, tu es là ...

23:21 Écrit par pommefraise | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |