11/05/2015

un peu pour les yeux, un peu pour les fesses : bonne fête, maman !

donc, dimanche, j'avais dit à maman de venir à la maison
comme d'hab, j'avais préparé un petit apéro, un bbq et deux tartes
accessoirement, j'avais préparé, la veille, un tiramisu aux fraises mais que j'ai fait tomber dimanche à peine sortie du lit
en voilà, une journée qui commence bien !
foutu le tiramisu, poubelle les fraises que j'aime tant et nettoyage pour première occupation de la journée
on continue avec le cuisinage, le dépoussiérage, l'aspirage, le nettoyage
maman arrive contente de voir fumer le bbq
je lui offre son cadeau pour les yeux et l'autre pour ses fesses
les deux font du bien au moral
je l'invite à me dire ce qu'elle pensera de ces douceurs artisanales
de ces douceurs de plus en plus reconnues
je ne lui explique pas l'émotion qui m'a submergée la veille lorsque je suis allée les chercher
j'attends mon tour dans la boutique
la vendeuse ne chôme pas
je regarde à gauche, je regarde à droite et je la vois qui traverse son atelier
elle me voit et vient me servir
on se connaît depuis des années
on cause de tout et de rien
et là, dans l'atelier, une jeune fille avec son bb tout neuf
cette jeune fille était dans mes bras lors de mon mariage
à l'évocation, l'émotion me submerge
soudaine, subite, irrépressible
impossible à camoufler
et INEXPLICABLE
je n'y ai rien compris et je ne comprends toujours rien
les remords ?
les regrets ??
j'en sais rien
ai-je jamais été heureuse ?
j'en sais rien
il en est question depuis tout le temps
une question sans réponse
mais c'est quoi le bonheur ?
aux enfants à problèmes mais qui publient sur votre mur FB "maman, je t'm"
je préfère les miens qui ne m'offrent rien, les gros soucis non plus
et j'en suis là dans ma vie
l'impression de ne plus aimer Monsieur mais ne pas pouvoir envisager de partir parce que je ne veux pas qu'il s'écroule
je ne peux envisager d'avoir ça sur ma conscience
alors, je suis là en stand-by sans savoir comment ça va évoluer
et puis, y'a tous ces gens qui m'aiment
ou alors qui font bien semblant
j'ai du mal à les comprendre
mais les faits sont là : la place face à moi reste rarement longtemps libre
et puis, il y a ses sourires, l'étincelle dans son regard et ce sentiment indéfinissable
souvent, je me fais des idées
parfois, j'entends certains penser si fort...

23:14 Écrit par pommefraise | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.