05/09/2014

quand je vois tes yeux ... moi vouloir toi ...

une semaine
une semaine seulement
une semaine déjà
voilà une semaine que je suis revenue de ma petite semaine de vacances en Tunisie
ma miss m'avait encore entrainée dans un plan légèrement foireux
elle va souvent en Tunisie
elle y a un amoureux
elle y avait réservé une semaine
puis elle avait vu une promo très intéressante en cette période de congés scolaires
mon fils veut pas rester, tu veux pas venir le remplacer
j'avais dit oui sur un coup de tête
puis j'avais eu quelques appréhensions
elle m'avait prévenue : y'a rien à faire là-bas, à part se laisser vivre
je lui avais promis de me faire violence
et puis, elle serait pas toujours présente en fonction des occupations de son amoureux
t'inquiète, je prendrai des bouquins, j'irai me promener sur la plage
et enfin le départ
les problèmes à l'embarquement parce que j'ai pas le voucher de l'hôtel et pas de passeport, non plus
et ce con derrière son comptoir qui annonce tout de go "si pas de voucher ou alors de passeport, elle part pas !"
finalement, les choses s'arrangent
j'embarque et déjà le charme de la Tunisie se montre
un aimable steward
un voyage agréable même si stressant
ben oui, j'ai pas l'habitude de quitter le plancher des vaches
arrivée à Djerba
3h00 de vol et dépaysement total : du sable, pas de vert à part les palmiers et du soleil et de la chaleur !
il fait chaud
très chaud
transfert en bus
dieu que ces gens sont pauvres
dieu qu'il fait sale
des plastiques polluent tout
mais peut-on demander à ces gens à penser à l'environnement alors qu'ils ont déjà une vie difficile
arrivée au club
environnement différent : tout est beau et propre
je dégouline à la réception alors que la salle est climatisée
ma miss arrive m'accueillir
comme d'hab, elle est hyper extravertie et m'explique ainsi qu'à d'autres le fonctionnement de l'hôtel
voilà comment on se fait nos nouveaux amis : les Groseille : des futurs mariés avec le fils de la femme (juste un peu plus jeune que n° 2, je sais comment les gérer)
on passera nos soupers ensemble à rire encore et encore du décalage
elle m'entraîne au bar prendre le premier muscat sur glace des vacances et en profite pour me faire l'article de ce gentil mimi barman
en effet, il est pas mal : jeune et très souriant
elle est arrivée à nous obtenir un petit bungalow à 50 mètres de la plage en lieu et place de la chambre qu'elle occupait la première semaine
un petit bungalow parmi les palmiers, ibiscus et autres bougainvilliers
le paradis sur terre
je tombe en amour de ce décor : le bleu du ciel, le bleu de la mer, le bleu de la piscine, la chaleur qui me fait me liquéfier, la lumière changeante du soleil
je passe des vacances éreintantes qu'on peut traduire par piscine, mer chaude, massages, rires, cocktails, repos, lectures
et puis, il y a la gentillesse de ces gens
de la femme de charge souriante
des serveurs
de la sécurité
de ces familles qui m'accueillent chez eux
de tous ces hommes qui me draguent mais pas lourdement
la Tunisie est le pays parfait pour les femmes qui ont une mauvaise estime de soi
je ne m'aime pas, ce n'est un secret pour personne
je n'imagine pas qu'on puisse avoir envie de moi
là-bas, je ne me suis jamais autant fait draguée
je ne demandais rien et ils se faisaient charmants
je leur expliquais que ça ne mènerait à rien, ça ne changeait rien
je leur montrais des femmes sur le front desquelles je lisais "baise-moi"
mais non, ce sont "des poutes" qu'on me répondait
et puis, il y avait notre petit Groseille qui restait avec nous aux repas et en soirée
j'étais moins seule quand ma miss était pas là
et lui semblait bien en ma compagnie
il a sympathisé avec des serveurs et les barmen
on l'a pris avec nous dans nos soirées à l'extérieur
ses parents étaient d'accord
il avait l'air bien
et puis, il y a eu cette soirée au bar
cette nana qui fait du rentre dedans au mimi souriant barman
je la lui signale
te te te qu'il dit en secouant négativement la tête
elle, elle bave en le regardant
j'encourage mon petit Groseille à repérer de jolies jeunes filles susceptibles de lui (de leur) plaire
le joli mimi barman me dit alors que lui, il aime, comme on dit là-bas, le fromage (traduire la peau blanche)
et là, mon petit Groseille me lance "tu t'en sortiras pas, tu vois pas que c'est toi qu'il veut"
non, je vois pas
pas lui si joli, si souriant, si jeune et si discret
il nous a bien invité à aller boire un café après son service mais il a l'air de bien s'entendre avec le petit Groseille
on passera une agréable soirée à rire, à parler et à se fixer un rdv pour le lendemain
on clôture la soirée par une poignée de mains, c'est étrange
je me couche en me rendant compte que je souris bêtement
au matin, ma miss se rend compte de quelque chose
déjà, quand elle est passée chercher des affaires vers 1h00, j'étais pas rentrée
et puis sur le matin, je soupirais de bien-aise
et ce sourire que j'affiche
ben oui, je sais, je flotte
je sais pas pourquoi mais je flotte et dans ma tête, j'ai constamment ses yeux pétillants et ce sourire
elle en revient pas : "pas toi quand même ! pas toi si raisonnable!"
ben si, moi !
et moi, n'ayant mis aucune limite
sauf que c'est notre dernier jour
qu'il avait demandé congé pour d'autres obligations et que nous, on doit faire nos adieux à gauche et à droite
il reste une soirée qui sera écourtée par son départ prématuré
à sa main tendue, je demanderai un bisou
il regrettera notre départ et son impossibilité de venir dire au revoir
je retournerai à l'hôtel
je me ferai gentiment draguer par son chef
mais dans ma tête, il y a lui, lui et lui
pourtant, il a la moitié de mon âge
pourtant, il est splendide de l'avis de toutes
il me reste ses mots maladroits qu'il écrit dans une langue qui n'est pas la sienne "je voudrais vous revoir"
il y aura le retour
le vol retardé de quelques heures
ma miss qui sort un petit jeu de société et convie d'autres gamins à jouer avec nous
et nous voilà assises par terre à jouer et à rire avec un groupe qui s'agrandit
et puis, il y a les autres qui râlent mais ça ne change rien à la situation
le voyage du retour est toujours dans l'esprit vacances
ma miss est égale à elle-même
je retrouve le plancher des vaches belge et un ciel gris et nuageux et j'ai déjà envie de repartir
le choc est brutal, j'y arrive pas
et retrouver Monsieur avec n° 3 à l'aéroport ne m'aide pas
c'est trop, je ne veux rien savoir
je voulais rester au paradis à flotter un sourire béat aux lèvres
t'aurais été jusqu'où ?, qu'elle m'a demandé
j'en sais rien, je me mets pas de barrières
je ne m'attendais pas à lui
certainement pas à lui
je ne m'attendais pas à réagir encore ainsi
j'ai 15 ans dans ma tête
je suis une cougar sauf que j'ai pas mon âge
qu'il a pas l'air de vouloir le connaître
que l'amoureux de ma miss m'a dit qu'avec des cheveux noirs, j'ai pas plus de 32 ans
que si je fais 32 ans, je dénote pas avec mon joli mimi
que je sais pas si je suis amoureuse mais que par contre, j'ai un fameux coup de cœur pour lui
qu'il est magnifique et que je ne me lasse pas de regarder cette photo
je ne vois que ses yeux qui brillent
que ce sourire aussi chaud que leur soleil
que ce pays me manque
que tout ce bleu me manque
que ces gens me manquent
que cette douceur de vivre me manque
me manque terriblement
que je sais que lui, c'est un coup de cœur inapproprié
mais que j'aurais aimé le vivre pleinement
une petite bulle hors du temps rien qu'à moi
que je fais probablement une déprime post vacances
mais que ça m'ouvre quand même les yeux sur ma vie
que j'explique aux enfants qu'il faut qu'ils se prennent en charge
qu'il ne faut pas toujours compter sur moi
qu'il y a Monsieur et la ferme
qu'il y a encore un je ne sais quoi qui me retient
mais que j'en ai malgré tout marre
que j'ai envie de calme, de douceur, de no problèmes
que je sais pas
que je suis perdue
que je voudrais vivre ma vie …

10:44 Écrit par pommefraise | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.