19/01/2016

Il est une fois Thao ...

mon dernier post date
mon dernier post n'était que chagrin
mais même les mots que j'y ai écrit ne sont pas à la hauteur de mon chagrin
Diane ma belle, ma tendre, ma douce
Diane, tu as laissé un vide immense
même si mon chagrin est moins aigu, il me reste un manque de toi
et ce n'est pas la petite Luna, tellement perdue depuis que tu n'es plus là, qui le comblera
Luna qui me colle
Luna dont le regard qui me fixe tout le temps me pèse
Luna dont la vie a changé
Luna qui vit maintenant à l'intérieur quand je suis là ou m'attend des heures dehors
Luna qui mange peu et ne joue plus
Luna qui ne faisait rien sans te regarder, me regarde et ne fait plus rien
et mes week-end sans toi, Diane, ne sont plus les mêmes
je n'arrive pas à m'imaginer des promenades sans chien
et Luna n'est pas un chien
Luna était l'ombre de ton ombre et est devenue la mienne
alors, la vie reprend le dessus
un jour, j'ouvre le net et je regarde dans les chiens à donner
il m'a fallu tant de temps pour te trouver
une chose est sure : j'ai envie de te retrouver dans le prochain et pour cela, il faudra que vous ayez la même race pour en avoir les caractéristiques
étonnement, une annonce pour un jeune mâle à donner est là
je tente ma chance
son proprio veut choisir le futur maître
il veut voir Luna aussi
il a des exigences telles que je me dis qu'il n'a qu'à le garder, son cleb
c'est vrai quoi, un chien, c'est comme un gosse, quand on en a un, on l'assume !
j'ai pas pu m'empêcher de le lui dire ...
évidemment, son dévolu s'est jeté sur une autre famille
m'en fous un peu, j'avais prévenu n° 3 que ce chien-là, on l'aurait pas
et puis, y'avait pas eu ce déclic !
j'explique le tout à ma collègue
de toute façon, j'en trouverai un, un jour ! 
qu'importe quand, il faut laisser le temps au temps
et là, elle me montre une annonce mais y'a un prix !
j'achète pas de chien, moi !
mais je zieute l'annonce quand même et ce que je vois m'envahit
je vois une étincelle dans le regard
un regard franc et intelligent !
il est border ou pas vraiment mais il a ces yeux !
je téléphone
c'est un chien à problèmes
la famille qui l'a recueilli est sa 3e famille et il a tout juste un an
il est très très TRES actif ...
j'explique que moi, je suis prête à tenter l'aventure mais que le prix ...
ok, je prendrai en charge les frais véto et de puçage
et nous voilà partis à sa rencontre
je le trouve beau
je le trouve doux
je l'aime déjà !

photo2-urgent-x-border-collie-2-4x9x9x9w1827979.jpg


le lendemain, ce fut une autre histoire !
ce chien est un diable, il grimpe aux murs, monte sur la table, course les chats, coupe sa laisse de nylon en 2 coups de dents !
il me stresse à un tel point que j'en aurai mal à la tête toute la journée
j'achète une laisse en métal
on le prend partout avec nous dehors
il fonce vers les bêtes
mais n° 1 y croit
il réagit déjà différemment le lendemain
on essaye de le lâcher dans une étable face à un ballon
ce chien adore jouer, il ne quitte pas son ballon et ne pense à plus rien d'autre
j'irai le promener dans des pâtures loin de tout
j'ose le lâcher et on joue à lancer un bois pendant une grosse heure
et toujours, il court !
jamais, il n'est fatigué
sauf qu'il ne grimpe plus aux murs
et petit à petit, on trouve notre modus vivendi
Thao vit en liberté
il est d'une intelligence extraordinaire mais son trop plein d'énergie prend souvent le dessus
s'il comprend les ordres, il a du mal à s'y tenir
peu à peu, il n'attaque plus les bêtes et son instinct de rassembleur prend le dessus, il comprendra vite ce qu'on veut de lui
je l'ai fait castrer pour que la tentation d'aller baguenauder soit moins forte
et puis, il est gentil
tellement gentil
je l'aime bien, ce chien !
il ne sera jamais Diane car il est Thao
et je sens, je sais que comme Diane, Thao est mon chien ...

DSC_0986[1].jpg

15:28 Écrit par pommefraise | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

12/11/2015

Ma douce, ma belle, mon intelligente, tu me manques tellement…

 

 

je me souviens de tout

de la pose que tu avais la première fois que je t'ai vue

de ta réaction

du trajet qui fut nauséabond

de mon arrivée à la maison

de ta fuite

du temps qu'il nous a fallu pour te rattraper

du temps qu'il a fallu pour t'apprivoiser

je me souviens de toi couchée là qui me regardait du coin de l'œil

je me souviens de moi assise par terre qui te parlais

je me souviens quand tu m'as laissée poser la main sur toi

de cette première caresse

de ce harnais que j'avais acheté étant donné que tu arrivais à t'arracher de ton collier

de ces petites promenades pour que tu découvres ton environnement

de ton obsession de faire rentrer les poules

des commentaires des voisins que tu avais accueillis toutes dents dehors

de ma stupéfaction face à ces dires

de ta patience avec n° 3

des ballons de foot de n° 1 que tu crevais en jouant avec eux

de ton obéissance

de ton intelligence

de ta soumission

de ton travail

de ta peur des voyages en voiture

du plaisir que tu avais enfin des voyages en voiture

de ta joie de me voir mettre certaines chaussures

de nos promenades

de nos promenades

de nos promenades

en coupant te poils sur ton ventre, n° 2 avait trouvé une petite grosseur

j'avais pensé tumeur à cause des montées de lait lors des grossesses nerveuses

la tumeur n'évoluait pas

visite chez la véto

radio

tu as bien une tumeur mais à la rate

on fixe la date d'intervention

je t'aime diane

je ne veux pas te perdre

j'ai peur

le matin de l'intervention, je t'emmène pour une dernière petite promenade

tu es inquiète

tu m'empêches d'avancer en te mettant sur tes pattes arrières devant moi

j'ai peur, diane

tu es inquiète, collée contre mes jambes

la véto prend mon numéro de gsm

à midi, elle m'annonce que la tumeur est ôtée mais que la rate avait éclatée

quand je vais te chercher au soir, tu es dans son cabinet

couchée mais en liberté

tu bats légèrement la queue mais tu ne te lèves pas

tu es K-O

il te faudra du temps pour t'en remettre

tu vas être fatiguée pendant quelques mois

avec n° 3, on parle des petites promenades que nous ferons désormais

on te portera pour monter et descendre de l'auto

tu es lourde, diane

37 kg, c'est trop

tu es grasse, qu'elle a dit la véto

tu es K-O, diane et j'ai des appréhensions

à 23h00, je veux retourner chez la véto

mais dans la voiture, tu te lèves et bats de la queue

on revient à la maison

j'ai difficile à t'abandonner

tu changes de place plusieurs fois

je me dis que tu te réveilles doucement

n° 2 en rentrant tard dans la nuit ira te caresser

ce 11 novembre, en se levant, Monsieur te trouveras morte devant la porte

diane, je n'ai pu m'empêcher de pleurer chaque fois que j'ai pensé à toi

diane, n° 2 et n° 3 ont pleuré

diane, n° 1 de là-bas en France s'inquiétait de toi

diane, même à Monsieur tu manques

diane, luna te cherche et attend inlassablement

diane, je ne m'imagine pas aller promener sans toi

diane, je regarde la campagne par la fenêtre et mes larmes coulent

diane, tu n'étais pas un chien

diane, tu étais MON chien

diane, tu me manques tellement …

 

DSC_0671[1].jpg

14:55 Écrit par pommefraise | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

26/07/2015

quand je suis seule et que je peux penser ...

Donc, n° 1 et n° 3 sont au patro
donc, n° 2 est peu là puisque cet enfant soit travaille soit sort
donc, c'était la fête au hameau voisin
donc, nous y avons participé
concours de cartes, de blindtest, balade à vélo, pique-nique forestier et bbq final
donc, ma miss est venue quelques jours à la maison
donc, on se voit peu mais à l'image du titre du cd qu'elle m'avait offert il y a longtemps "tu es mon autre"
donc, elle m'explique sa vie et ses rebondissements
donc, j'arrive à lui dire un peu
je lui parle de Monsieur
je lui parle de Lui aussi
elle me fait part de son sentiment par rapport à Monsieur
bien sur que Monsieur m'aime encore
bien sur que Monsieur accepte trop de moi
bien sur qu'elle ne comprend pas
je ne sais pas comment mieux lui dire qu'un jour, l'amour a disparu
que moi-même, je ne sais pas trop bien quand ou pourquoi
au départ, j'avais mis ça sur le dos des problèmes au boulot
honnêtement, je sais pas
ce que je sais, c'est que je l'aime encore de trop pour ne pas vouloir lui faire du mal
je ne saurais pas assumer de le voir plonger
je ne saurais pas assumer de voir ce qui reste de l'exploitation disparaître
je ne lui en veux pas, j'en veux à son métier
je ne lui en veux pas, je m'en veux
je m'en veux de ne pas lui avoir dit non le 1er jour
ce jour où je l'ai embrassé et qu'il m'a demandé de l'épouser
j'aurais du ne pas accepter 4 ans plus tard
la vie de couple n'a jamais été mon objectif de vie
Monsieur m'a offert la vie de famille parfaite
ça, jamais je ne le regretterai
il m'aura fallu plus de 20 ans pour m'en rendre de compte
depuis cette époque, on vit ensemble mais je ne le rends pas heureux
moi, je ne me sens pas vraiment malheureuse
je crois que la question se posera quand les enfants ne seront plus sous notre toit
donc, ma miss a mis un peu le remord en moi
quand elle me décrit l'ex sans cœur de son copain, je me sens visée
suis-je vraiment sans cœur ?
et aujourd'hui, on va rechercher n° 3 à son camp
une tante de Monsieur y est
on parle de tout et de rien
des enfants, de la ferme, de la santé de Monsieur
et là, elle me lâche : on en a encore parlé l'autre fois avec M..., il en a de la chance avec toi, y a longtemps qu'une autre aurait planté tout là ! c'est pas une vie que cette vie là ...
et là, je m'entends dire à ma miss "tu ne sais pas ses coups de gueule, ses entêtements, son négativisme, son manque de lucidité par rapport à son métier"
non, ça, peu le savent
en attendant, parfois, je sors
souvent, je fantasme
mais toujours, je lui reste fidèle à qui il est !
il est le père de mes fils
il est à la base de la vie de ma vie
grâce à lui, j'ai connu la plus belle histoire de ma vie ...

23:19 Écrit par pommefraise | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

11/07/2015

dis-lui toi que je t'aime ...

semaine difficile émotionnellement
je suis à fleur de peau
je suis à vif
besoin de l'avoir près de moi (et l'impression que ce fut réciproque vu le nombre de fois qu'il est venu près de moi montrer des pièces de dossier)
envie d'entendre certaines choses
cette tempête en moi quand il est passé très près de moi (j'ai quoi comme problème, c'est pas la première fois que ça arrive quand même ?!)
incapacité à gérer émotionnellement sereinement
entretemps, j'ai eu mon annif
cette année, il l'a oublié
fin de la semaine, la sensation que la tension s'apaise de son côté
du mien, y'a encore du travail
je sais pas ce que je veux
faut remettre une certaine distance ...

10:22 Écrit par pommefraise | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

08/07/2015

de l'art de gérer la charge émotionnelle

donc, je suis toute chamboulée
donc, je me fais une raison que pas plus moi qu'une autre
je l'ai déjà dit, je ressens un truc pour lui
je l'ai déjà dit, je pense que c'est réciproque
je l'ai déjà dit, je pense aussi que je me fais des illusions parce qu'il est attentionné envers certaines autres
donc, je me fais petit à petit une raison
évidemment, par moment, il lâche un mot ou l'autre qui fait mouche
évidemment, s'il passe quand une autre fait la perm, moi, je ne le vois pas quand c'est mon tour
évidemment, mon estime de moi se dit que c'est normal, que je ne suis pas spécialement "aimable"
et puis, vendredi
et puis, ce bbq du boulot
il fait chaud et le vin coule à flot
je discute avec un de ses concitoyens
petit à petit, le cercle se restreint et l'ambiance change
la parole se libère mais sans règlement de compte
sauf qu'à un certain moment, il me traite de salope
il le redit un peu plus tard
je sais pas trop à propos de quoi, il me traite ainsi
je comprends pas
alors que je participe à la conversation, il me lance un ta gueule
j'ai horreur de l'insulte et l'alcool n'excuse pas tout
je lui dis à mon habitude "tu ne me parles pas ainsi, tu m'insultes pas, si tu veux que je me taise, tu me dis tais-toi"
il me regarde droit dans les yeux et me dit tais-toi alors
il y avait eu des déclarations de certains me concernant plus avant qui m'avaient chahutée
j'ai levé sérieusement le pied concernant la boisson et j'écoute puisque je dois me taire
je le surprends plusieurs fois qui me fixe
il est très tard et il n'est pas du tout en état de reprendre la route
"donne-moi tes clés, je vais te reconduire"
il discute pas, il fait le con mais j'ai ses clés
j'arrive à convaincre une autre collègue de prendre ma voiture pour me reprendre chez lui
il veut sa voiture dans son garage
j'exécute
il veut pas nous laisser partir et je pense que ses voisins sont au courant
finalement, on rentre
de l'eau pour éliminer l'alcool
on l'abandonne finalement
j'ai peur qu'il se fasse mal dans les escaliers
je passerai une nuit de merde
trop de mots, de regards, d'émotions, je gère mal
je ne sais plus où j'en suis niveau boulot ou sentiment
le samedi, je prends des nouvelles de certains par sms
de lui aussi, évidemment
pas de réponse
début d'aprem, je l'appelle
j'ai droit à un houlalala, c'est dur mais ma voiture est pile poil à sa place dans le garage. Merci !
il a des trous
tu m'expliqueras ?
oui, t'inquiète pas, y'a rien eu de grave ...
samedi soir, autre soirée qui se terminera tard
très tard
dimanche, suis crevée alors j'ai le choix : ou je végète dans le fauteuil ou je vais me promener avec les chiennes
deuxième solution retenue
en attendant, tous ces mots que j'ai entendu durant ce week-end me poursuivent
quand j'arrive à hauteur de chez ma petite collègue, je l'invite à me rejoindre avec son monstre
elle me rejoindra plus tard et me confiera son monstre à gérer
on parle du bbq qu'elle a quitté tôt
je lui dis les paroles qu'il m'a dit
elle me regarde interloquée "il les pense pas, c'est l'alcool ! jamais, il te dirait ça, il tient tellement à toi ! vous êtes tellement complices, tous ses sourires, ta voix qu'il entend dans sa tête ! je te jure, il tient trop à toi !"
évidemment que c'est évident
tellement évident pour tout le monde
sauf pour moi
sauf pour lui
"je n'aime que mes fils"
évidemment que j'aime mes fils plus que tout
mais qu'est-ce que ça vient faire là-dedans ?
il ne se rappelle pas m'avoir mal traitée
il ne dit plus rien
il ne me dira jamais rien
je suis mariée et je deviens vieille
il est seul et je sais qu'un enfant lui manque
un jour, j'avais dit que je n'aurais jamais d'enfant avec un autre homme que Monsieur
il m'avait demandé pourquoi
j'avais trouvé son intérêt "bizarre"
j'ai des problèmes avec les contacts physiques intempestifs que j'évite en les refusant systématiquement de quiconque pour ne pas être blessante avec certains
j'ai eu droit aux reproches aussi
maintenant, je dois gérer tout ça
c'est pas évident
surtout qu'à chaque moment, je pense à lui ...

00:12 Écrit par pommefraise | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

27/06/2015

Dieu a été détruit. L'homme ne trouve que la mort. (La tentation de l'Occident - A. MALRAUX)

« Je pense que la tâche du prochain siècle, en face de la plus terrible menace qu'ait connue l'humanité, va être d'y réintégrer les dieux. » (A. MALRAUX)

près d'un siècle que ces idées étaient déjà abordées
et tellement d'actualité actuellement
après Charlie Hebdo, j'avais dit à Monsieur que cet acte était la preuve que la 3e guerre mondiale avait bel et bien débuté
pas une guerre comme on se l'imagine en regardant les reconstitutions de Waterloo
mais une guerre insidieuse
mais toujours le même processus : l'endoctrinement
comment peut-on accepter de tuer si cruellement ?
au nom de quoi ?
d'un Dieu ?
mais quel dieu pourrait vouloir ça ?
les tyrans de Lybie et d'Irak sont tombés pour laisser place à quelques fanatiques européens qui les ont remplacés mais eux ont des vues mondiales
ils ne croient en aucun dieu à part celui qu'ils se sont inventé
et moi, je suis mal
il y a non seulement les victimes directes : ce patron décapité en France, ces touristes sur la plage en Tunisie, ces gens qui priaient au Koweit
tous le même jour !
quelle configuration céleste y avait-il ce jour-là pour permettre ça ?
je ne sais plus vers où me tourner
certains me pensent croyante avec mes idées de paix, de respect, d'amour du prochain
je ne crois en rien
j'essaye de croire en moi et c'est déjà pas facile
mais j'essaye d'obliger au respect
au respect de chacun
au respect de tout
de l'homme, de l'arbre, du chien
si on ne respecte rien, on ne se respecte pas !
et je pense à ces milliers de victimes collatérales de ces attentats
je pense à ces gens que j'ai rencontrés l'an dernier en Tunisie
des personnes d'une gentillesse désarmante
qui n'ont rien ou alors tellement peu
chez lesquelles aucune religion n'est exacerbée et qui ont tant à donner même s'ils n'ont rien
hier, les victimes sont tombées : les touristes et ces personnes qui se retrouvent sans travail pour les mois à venir
ils attendent cette période à l'image des fourmis pour faire quelques maigres réserves
je pense à cette femme qui doit aller à Tunis pour se faire soigner mais qui n'a pas les moyens de payer l'avion et les frais médicaux
alors patiemment, ils économisent
et maintenant ?
l'émotion me montent aux yeux quand je pense à elle
je vois l'éclat de son regard
ces paquets de thé et d'épices qu'elle nous a donnés au moment du départ
cet argent qu'elle a refusé
ces aliments qu'on a acheté pour les lui laisser
cette année, notre situation est très difficile à la ferme
j'avais dit non à ma miss quand elle a abordé le sujet des vacances
d'après les dernières infos, elle ne pourra pas y aller, non plus
la détresse de ma miss
la détresse des gens de là-bas
tout ça pour quelques connards qui veulent le pouvoir et l'obtiennent par la peur
et ce qui est dingue, c'est qu'au nom de notre sécurité, nous allons dans leur sens
je me sens de moins en moins adaptée à ce monde ...

10:44 Écrit par pommefraise | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

11/05/2015

un peu pour les yeux, un peu pour les fesses : bonne fête, maman !

donc, dimanche, j'avais dit à maman de venir à la maison
comme d'hab, j'avais préparé un petit apéro, un bbq et deux tartes
accessoirement, j'avais préparé, la veille, un tiramisu aux fraises mais que j'ai fait tomber dimanche à peine sortie du lit
en voilà, une journée qui commence bien !
foutu le tiramisu, poubelle les fraises que j'aime tant et nettoyage pour première occupation de la journée
on continue avec le cuisinage, le dépoussiérage, l'aspirage, le nettoyage
maman arrive contente de voir fumer le bbq
je lui offre son cadeau pour les yeux et l'autre pour ses fesses
les deux font du bien au moral
je l'invite à me dire ce qu'elle pensera de ces douceurs artisanales
de ces douceurs de plus en plus reconnues
je ne lui explique pas l'émotion qui m'a submergée la veille lorsque je suis allée les chercher
j'attends mon tour dans la boutique
la vendeuse ne chôme pas
je regarde à gauche, je regarde à droite et je la vois qui traverse son atelier
elle me voit et vient me servir
on se connaît depuis des années
on cause de tout et de rien
et là, dans l'atelier, une jeune fille avec son bb tout neuf
cette jeune fille était dans mes bras lors de mon mariage
à l'évocation, l'émotion me submerge
soudaine, subite, irrépressible
impossible à camoufler
et INEXPLICABLE
je n'y ai rien compris et je ne comprends toujours rien
les remords ?
les regrets ??
j'en sais rien
ai-je jamais été heureuse ?
j'en sais rien
il en est question depuis tout le temps
une question sans réponse
mais c'est quoi le bonheur ?
aux enfants à problèmes mais qui publient sur votre mur FB "maman, je t'm"
je préfère les miens qui ne m'offrent rien, les gros soucis non plus
et j'en suis là dans ma vie
l'impression de ne plus aimer Monsieur mais ne pas pouvoir envisager de partir parce que je ne veux pas qu'il s'écroule
je ne peux envisager d'avoir ça sur ma conscience
alors, je suis là en stand-by sans savoir comment ça va évoluer
et puis, y'a tous ces gens qui m'aiment
ou alors qui font bien semblant
j'ai du mal à les comprendre
mais les faits sont là : la place face à moi reste rarement longtemps libre
et puis, il y a ses sourires, l'étincelle dans son regard et ce sentiment indéfinissable
souvent, je me fais des idées
parfois, j'entends certains penser si fort...

23:14 Écrit par pommefraise | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

08/05/2015

des fraises, des fraises, des fraises ... j'aime toujours autant les fraises

Donc, à mon image, certaines personnes cliquent encore chez moi
mais qu'y trouvent-elles à lire ?
rien de bien léger, à l'image de ce qui encombre ma tête
pourtant mes éclats de rire zèbrent encore les journées au bureau
quand je ne suis pas là, ça s'entend
trop peut-être
j'essaye de me discipliner pour que cette routine m'empêche de penser
mais je n'aime pas les conventions, le bien-pensant
je vais donc contre ma nature
sauf qu'alors, je me laisse envahir par ce que je ne domine pas
mais comment peut-on dominer des problèmes d'argent ?
surtout qu'ils ne me sont pas imputables
l'agriculture belge va à sa perte
il y a 20 ans que je l'avais entendu
je l'avais raconté à Monsieur
délires d'extra-terrestre
et pourtant, on y est
seuls les gros et les fermes didactiques ou diversifiées s'en sortiront
nous, on restera sur le carreau
il faut vivre avec
c'est un échec
un de plus
je me demande comment vivre avec ça
tout comme je me dis que je ne sens pas capable de retourner en Tunisie
je n'arrive pas à m'imaginer rencontrer ses gens prêts à tout pour rejoindre l'Eldorado européen
évidemment qu'ils sont tous tellement gentils, des parents aux enfants
mais moi, je ne me sens pas capable de les prendre tels quels sans avoir toujours en tête que tout n'est que jeu
encore un truc que j'ai besoin de dominer
je suis impossible à vivre
je suis toujours à la recherche de mon lâcher prise ...

22:45 Écrit par pommefraise | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

13/04/2015

non non non, je ne veux pas m'en aller...

donc, je suis en congé obligé
il me restait trop de jours de l'an dernier
soit je les prenais, soit je les perdais
faut pas exagérer aussi
donc, suis chez moi
et j'avance pas
j'aime toujours pas ménager
pourtant faut le faire
j'éprouve le besoin de faire le vide
j'ai du mal à m'y mettre
j'en éprouve le besoin mais je suis quasiment incapable de m'y mettre sérieusement
alors, j'y vais par à coups
petite victoire après petite victoire
et puis, j'éprouve le besoin de me vider la tête
sauf que je sais pas comment
j'ai envie de rien
je ne vais pas bien
ça doit être une sorte de dépression ou que sais-je
je suis en congé, je peux faire ce que je veux et je ne fais rien
j'ai même difficile à sortir de chez moi
non seulement, je ne prends pas la voiture pour faire les courses ou autre
mais je ne vais même pas me promener avec les chiennes
je ne travaille même pas au jardin
pourtant, il faudrait aussi, ça devient la forêt vierge ici
et faut que j'aille chez la véto avec diane
diane qui devient vieille et à une boule sur son ventre
ça me rappelle la fin de scotty ou du chien de ma belle-soeur
ce seront des frais supplémentaires mais tant pis, c'est ma diane
j'aime ce chien et son caractère spécial
c'est mon chien mais elle devient une vieille grosse mémère
je voudrais ne plus avoir ma tête encombrée de tous ces soucis
je ne supporte plus cette ferme qui m'a épuisée et qui ne m'apporte que du stress
des normes, des obligations, des contrôles, des conneries
Monsieur ne trait plus mais ça n'arrangera rien
je sais pas vers où l'on va ...

21:43 Écrit par pommefraise | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

29/03/2015

Besoin de personne pour me rencontrer

des mois que je n'ai plus écrit
des jours que ça me taraude énormément
tant de choses se sont passées
tant de choses ont changé depuis le début de ce blog
petit à petit, je me rencontre
petit à petit, j'essaye de me reconnaître
je ne suis pas celle que je pense
je dois accepter que je suis mieux que ce je pense de moi
intellectuellement, je suis au dessus de la moyenne
c'est comme ça
je l'ai toujours su même si je l'ai toujours refoulé
non, je ne suis pas si intelligente
les autres peuvent aussi un peu pencher la tête pour essayer de réfléchir
cette intelligence ne m'a pas permis d'avoir une vie normale
j'étais la chance de maman
l'alibi des copines
j'étais la responsable, la sage et tout ce qui ne me ressemblait pas
non, vraiment, je ne me ressentais pas du tout de cette manière
et maintenant, je me rends compte que j'ai fais l'autruche
toujours
Monsieur en est l'exemple
il ne me correspond pas
il n'est pas à ma hauteur
l'amour est passé et plein de choses en lui m'énervent
mais je ne peux pas lui en vouloir alors que c'est moi qui descendait de niveau
et il en est ainsi pour chacun de mes amours
maman a toujours eu l'impression qu'ils ne me valaient pas
c'est maman bien sur
mais elle me connaît mieux que moi
jamais elle ne se sera opposée mais elle savait
actuellement, si je me projette avec mon coup de cœur boulot, il en est de même
je ne sais pas si physiquement, je l'attire
par contre, je sais qu'il m'admire intellectuellement
que quand je me lance dans une démonstration, il m'écoute car je parle bien
et je me rends compte qu'il en est ainsi pour plein de mecs
ils s'intéressent à moi car je sais parler
je sais parler d'énormément de trucs
de foot, de bouffe, de l'actu, de politique, de nature, d'énergie, ...
mais je me rends compte aussi qu'il en va d'eux comme de Monsieur
je les supporterais pas à long terme
donc, faut que je l'avoue, je rends pas spécialement Monsieur heureux

et puis, y'a les singes
les grands se ressentent de leur mère, l'éducation en moins
ils ont tous les deux arrêté l'école après leur CESS
et ils travaillent tous les deux
n° 2 va même aux cours du soir, en plus
je suis terriblement fière d'eux
des hommes courageux qu'ils sont devenus
je regrette qu'ils sont, à mon image, si peu conscients de leurs capacités
pourtant, je leur dis leurs facilités
comme je dis à maman, je leur laisse faire leurs maladies tant qu'ils n'ont pas d'obligations familiales ou autres
j'espère qu'il ne leur faudra pas autant de temps qu'à moi pour prendre conscience de qui ils sont et ce dont ils sont capables
et puis, y'a n°3
n° 3 monpetitchéri, mon amouradoré, ma culpabilité
une volonté de fer, une capacité de travail hors norme
si ses frères avaient produit 1/4 du travail, ils auraient explosé tous les plafonds à l'école
n° 3 travaille énormément pour l'école
n° 3 travaille avec sa maman
n° 3 est incapable de travailler seul
alors, on fait les devoirs ensemble
on étudie ensemble
et il a des résultats scolaires limite et quelques échecs
quand il me dit ces échecs, j'ai de la peine
quand il me dit ses échecs, il sait que jamais je ne râle
alors, il s'étonne de ses copains qui sont punis ou sanctionnés
"toi, tu dis jamais rien, on fait comme on veut" qu'il dit
je vois pas pourquoi je dois leur dire quelque chose
je suis tellement fière d'eux
je les aime tellement
je voudrais tellement qu'ils soient heureux
totalement

et moi, je me cherche encore
on m'a proposé un poste à responsabilité en plus de mon boulot
j'ai essayé mais j'ai besoin de structure
je me suis retrouvée isolée et sans aide
la matière était nouvelle
on m'annonce l'entretien de sélection après 3 mois
entretien qui ressemble plus à un examen
des questions de détail
un membre du jury me connaît depuis longtemps
il m'avait fait part des à priori qu'il avait ressenti à mon sujet
il m'avait promis son soutien
le problème, c'est que l'entretien fut un acte manqué
d'après ces mots, "c'était pas moi, j'ai saboté le truc"
probablement
ça me prenait trop la tête
ça m'empêchait de dormir
j'aime pas ne pas posséder le sujet
sauf que pour savoir, il faut un minimum de coopération
il n'y en avait pas
j'ai préféré démissionner parce que je ne m'y représenterai plus
j'ai besoin de sérénité ...

23:36 Écrit par pommefraise | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

04/10/2014

oscar, césar et palme d'or réunis !

plus d'un mois déjà que je suis revenue de mon petit coin de paradis
que ça me paraît loin
j'ai atterri !
repris le train-train quotidien avec mes souvenirs plein la tête
parlé tous les jours avec ma miss de là-bas
de nos projets d'y retourner
de ses projets amoureux
puis, sur fb, un message concernant mon gentil mimi
un message qui veut savoir qui je suis par rapport à lui qui décrit comme un ami très proche
ma réponse n'est pas sympa
je lui propose de s'adresser directement à lui, lui rappelant que c'est un charmant mais TRES jeune homme
ma miss a un réseau d'amis très très large
et de fil en aiguille, elle rencontre un couple qui fréquente notre petit paradis
ils en viennent à parler du personnel
de mon gentil mimi aussi
la description qu'on lui en fait la fait douter qu'ils parlent de la même personne mais la photo balaie tous les doutes
elle rentre en contact avec d'autres femmes
la sombre histoire commence
elle m'explique tout ce qu'elle entend ou lit
on a le même constat : c'est pas lui !
ça ne peut être lui
il est question d'un garçon froid, hautain, profiteur, calculateur
nos souvenirs à nous sont les mêmes : un sourire à damné un saint, une gentillesse à toute épreuve et moi, de mes sorties avec lui, je n'ai rien pu débourser
il a payé toutes les consommations et le dernier jour a refusé que je lui donne mes dernières devises
ma miss a peur de m'avoir blessée
c'est vrai qu'elle casse un peu le rêve mais moi, j'ai vécu le moment
ça m'a boosté le moral mais je ne me suis pas projetée avec un si jeune type qui avait l'âge d'être mon fils
ça me paraissait déjà tellement irréel
je n'ai pas eu le temps de l'interroger plus avant, lui, mon gentil mimi
son fb m'est bloqué
je présume donc que ce qu'ont dit ces filles est vrai
qu'elles lui ont pris la tête à ce sujet et qu'il a fait le rapprochement avec moi
parce que moi, je lui avais parlé du message de majorette
je lui avais dit qu'il devait libérer sa parole
qu'il devait être honnête
qu'il pouvait me dire
que je sentais un truc sous-jacent
je ne sais ce qui me blesse
je ne sais pas non plus pourquoi les gens me décrivent mes coups de cœur comme je ne les ressens pas
comme je ne les connais pas
il en est de même avec mon collègue
et je ne me fais pas de films, ma miss a douté qu'on lui parlait du même type
je ne regrette absolument rien
j'aurais simplement ne jamais savoir qu'il ait un second visage ...

11:42 Écrit par pommefraise | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

15/09/2014

parlez-moi de lui...

Depuis hier après-midi, j'ai un nœud dans la gorge
Je sais pas pourquoi, ça doit être la fatigue
Je suis très à cran et je m'énerve même sur les singes
Les problèmes continuent
Évidemment
Pourquoi cela s'arrêterait-il ?
Et voilà que j'explique avec mon 89e degré le suicide de mon four et conjointement de mon compte bancaire
Et nous voilà à cette inauguration et certaines de dire que je suis toujours optimiste, que je souris tout le temps, que c'est chouette d'entendre mes éclats de rire
Que mon gentil mimi m'écrit que je suis super gentille
Que je lui réponds que non, je suis pas gentille
Que j'ai envie de leur crier que moi aussi, j'ai des problèmes mais que j'essaye de les laisser chez moi
Que je ne bois pas pour oublier
Que je ne pleure pas, histoire de pas plomber l'ambiance
Que j'explique pas en long et en large, tout ce qui ne va pas
Non, on m'a appris à dire ça va et à me demerder sans polluer les autres
Il en ressort que j'ai de la chance
Ben oui, j'ai de la chance et j'appréhende la fin de l'année
Et j'appréhende chaque jour qui passe car l'avenir me fait peur
Qu'en moi, il y a ce dilemne de partir ou de rester
Que mon gentil mimi me manque quand je n'ai pas de petit mot
Que ma raison me dit de ne plus donner de suite à ses messages
Qu'il faut qu'il fasse sa vie
Une vie dont je ne suis qu'un souvenir d'une semaine de l'été 2014
Ma miss me dit que je me dénigre
Moi, j'ai l'impression d'être seulement réaliste...

22:38 Écrit par pommefraise | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |